mardi 27 mai 2014

Les murs de Berlin
Walls of Berlin

Bonjour Bonjour!
De peur que le blog ne devienne Chloé Airlines je sors le nez de mes perpétuelles révisions d'allemand pour vous faire un petit article sur le street art de Berlin.

Hello Hello!
Since I'm a bit worried that the blog becomes Chloé Airlines I'll put aside my never-ending German revisions for a minute and tell you about street art in Berlin.

Comme chacun sait, si le graffiti était un Etat, il aurait probablement pour capitale Berlin. Chloé le disait dans son article du 14 mai : il y a des quartiers entiers où les murs, récents ou vieux, disparaissent complètement sous les tags et les fresques de toutes sortes. On y trouve une multitude de styles différents, du simple pseudo un peu moche inscrit au feutre noir à la fresque de dix mètres de haut, en passant par des productions imprimées puis collées sur les murs.
As you all probably know, if graffiti was a country, it would probably have Berlin as a capital city. As Chloé said in her article from May, 14th there are neighbourhoods where all the walls, recent or old, disappear completely under paint. The expression forms are staggeringly varied, from small marker-drawn, rather ugly street names to printed posters to 10 meter high murals.


Différentes échelles de street art (qui arrive a reperer le graffeur?)
Different scales of street art (who can spot the artist?)

La page peut prendre un moment à charger à cause des nombreuses image, laissez lui une minute avant de lire ou le français et l'anglais apparaissent en même temps
The page can take a moment to load due to the many pictures, leave it some time before reading or French and English text will be mixed.

Les démarches sont aussi variées, sinon plus, que les modes d'expression. Certains graffs marquent un territoire, protestent, font réfléchir, rire ou sourire ou simplement se rebellent contre l'ennui d'un mur nu. Certains sont incompréhensibles ou mystérieux. Certains sont des échanges (d'insultes le plus souvent) ou des fresques participatives. Certains autres sont clairement dans la catégorie vandalisme comme les gribouillis sur les plans de ville ou les nombreux phallus dessinés au feutre sur des fresques magnifiques.
Approaches to street art are at least as varied as the expression forms. Some graffiti are about marking someone's territory while some mean to protest something, be food for thought, make you laugh or smile, or simply escape the boredom of a white wall. Some are cryptic or beyond understanding. Some offer an exchange between several people (insults most like) or are a place were the graffiti is a collaboration of many strangers. Some are commissioned by shops owners. Some clearly qualify as vandalism, like scribblings on street maps (annoying, those...) or drawing penises on magnificent murals.




"Moi je trouve que les murs blancs c'est de la merde, et vous?"
"I think white walls are shit, what about you?"





"Je n'ai rien à dire mais je le dis quand même" par l'artiste français Skii


Devanture de magasin à Kreuzberg
Shop front in Kreuzberg

Devant une boîte de nuit à Treptow
In front of a nightclub in Treptow




Astronaute de l'artiste Ash, Kreuzberg
Astronaut, by Ash, Kreuzberg

"les yuppies dehors"
-les nazis dehors!
(yuppy : acronyme anglais de "jeune cadre urbain" à haut niveau de vie)
"go away Yuppies!"
go away Nazis!
(yuppy : young urban proffessionals with high living standards)







Devanture de magasin à Friedrichshain
Shop front in Friedrichshain


"Le singe voit, le singe refait" une expression anglaise courante qui se comprend d'elle même non? par Herakut

Bien sûr quand on parle du graff à Berlin on ne peut pas oublier la "East Side Gallery", le plus long tronçon restant du mur (1.3km), dans le centre de Berlin. C'est un espace investi par les artistes depuis la chute du Mur, dont les oeuvres sont maintenant reconnues comme telles. On y voit notammant la fresque "Mon dieu, aide moi à surmonter cet amour mortel" de Dimitri Vrubel, représentant le "baiser fraternel socialiste" en 1979 de Brejnev, le dirigeant Russe et de Honecker le président d'allemagne de l'Est. Le bisou sur la joue, plus rarement sur la bouche était une forme de salut officiel dans le bloc soviétique. Je ne l'ai pas photographié parce que je suis bête mais voici à quoi elle ressemblait en 1990 (elle a été refaite par Vrubel depuis). Pour les curieux qui veulent voir la photo qui a servi de base à la fresque, voici l'article wikipedia

Of course talking about street art in Berlin, you can't forget to mention the "East Side Gallery". It's the longest remaining chunk of the Wall (1.3km) located in the center of Berlin. It has been a popular place with street artists since 1990 and the murals are now officially recognized as works of art. The most famous mural is probably "My God, help me to survive this deadly love" by Dmitri Vrubel, depicting the 1979 "socialist fraternal kiss" between Brezhnev, the sovietic leader and Honecker, East Germany's president in 1979. The kiss on the cheek (less frequently on the mouth) was an official and widely used greeting in the East Block. I forgot to take a picture of the mural because I'm stupid, but here is a picture of it in 1990 (it has been re-made by Vrubel since). If you want to know more about it and see the picture on which it is based, here's the wikipedia article.





Vandalisme bête ou transformation particiative d'un javelotiste en guerrier tribal?
Mindless vandalism or participatory transformation of a javelin thrower into a tribal warrior?

A Berlin, c'est quelquefois difficile de fixer la limite entre l'art et le vandalisme, une ambiguité que certains graffeurs sont les premiers à explorer, "dégrader" n'est pas toujours un verbe facile à définir. Et pour tout arranger une fois qu'on l'a défini, il peut encore avoir une valeur artistique. Mais sans me lancer dans une dissert' je peux simplement vous dire que ce qui m'a le plus écoeuré a été de voir les touristes écrire "Machin et Machine sont passés par là" sur les oeuvres de la East Side Gallery parfois même des enfants sous le regard de leurs parents. "Oh regarde on peut dessiner sur le Mur, tout le monde le fait" GRRRRRR envie de meurtre. Précisons d'ailleurs que de l'autre côté du Mur (le côté Ouest donc) ce ne sont que des signatures (en graf ou au feutre)... sur 1.3km... le touriste réalisant son rêve en laissant une trace de son passage sur le Mur pourrait le faire comme tout le monde et sans vandaliser des oeuvres, mais non...

In Berlin, the limit between art and vandalism is sometimes hard to draw, and some artists also like to play on the ambiguity. "Degrade" can be tricky to define, and even then it can still be used for art, but I'm not writing a linguistics essay about it here, I just want to tell you that what has disgusted me the most is the clueless sort of degradation that is done by tourists on the murals of the East Side Gallery "... and ... were here" somtimes even children under the foggy eyes of their parents "Oh look we can draw on the wall everybody seems to have done it" GRRRR *murderous desires*... I'd like to point out that the other side of the wall (the West side that is) is full of tags, so only names! The tourist whose dream it is to leave a trace on the Wall could do so without destroying art, but no...

West Side












Le CV du Mur, une rose par victime
The Wall's CV, a rose for each victim


Les murs (en brique) des bâtiments alentours, qui n'ont rien à voir avec la East Side Galery sont eux aussi pris d'assaut, notamment pour le CV assez surprenant de cet artiste Napolitain
The (brick) walls of buildings around the gallery (that have nothing to do with it are also used by artists. This one is Italian artist's surprising CV.


Bouts du mur peints "après démontage" 
Chunks of wall painted after being dismantled







Non loin de la Galerie, les celebres Frères de l'artiste Blu (l'un faisant le signe de l'Est l'autre celui de l'Ouest)
Not far from the Gallery, the famous Brothers by Blu (notice how one is making the East sign and the other one the West sign)



"sauvons notre Terre"



A chaque fois que j'enjambe la ligne du mur en marchant dans Berlin, ou en me tenant là, exactement au milieu, je ne peux pas m'empêcher de penser à tous ceux dont la vie a été coupée en deux pendant 30 ans, ou même terminée par ces 15cm de béton. Et aussi aux millions de personnes qui attendent derrière d'autres murs ou grillages partout dans le monde et dont la souffrance ne fait pas l'unanimité seulement parce que ces grillages sont toujours debout.

Everytime I cross the Wall line in berlin or standing here exactly in the middle I can't help thinking of all the people whose lives were divided or even ended because of it. And also of the millions of other people, waiting behind walls and fences all over the world, and whose suffering isn't unanimously recognized just because these fences are still standing.

Le mur de Palestine est toujours debout

La température extérieure est de 16°C et il pleut, merci de voyager avec Ilanoé Airlines, à bientôt !
The temperature outside the aircraft is 16°C and it's currently raining. Thanks for flying Ilanoé Airlines, see you soon!


Sauvez un bébé phoque, postez un commentaire!
Chères visiteuses, chers visiteurs
*L'article vous a plu?
*L'article ne vous a pas plu?
*Bof?
Pensez à nous laisser un petit mot en commentaire, ça nous ferait très plaisir et en plus ça sauve les bébés phoques :)




Everytime you don't comment on an article, a puppy dies!
Dearest visitor!
*You liked the article?
*You didn't like the article?
*Meh?

Please stop killing these innocent puppies and think about leaving a comment on the article you just read, it would make us very happy :)


3 commentaires:

  1. J'ai reconnu très peu artistes.
    Certains graffs ou graphes (les deux s’écrivent) sont parfois à la limite du décoratif.
    Mon préféré du moment reste ROA
    https://www.facebook.com/ROAStreetArt
    Tu comprendras rapidement pourquoi ! je ne l'ai pas vu dans ton reportage mais vous allez bien tomber dessus au détour d'une rue.
    Bisous



    RépondreSupprimer
  2. J'ai hâte de voir tous ces beaux murs, moi qui adore ça.
    Gros bisous
    Hélène

    RépondreSupprimer
  3. Patricia, effectivement il y a une énorme fresque de cet artiste à Kreutzberg, nous aussi on aime beaucoup mais Ilan avait du mal à trouver le bon angle pour prendre la photo, en raison des voitures et bâtiments en travers du chemin... du coup il a renoncé!

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte google, vous pouvez commenter en sélectionnant "Anonyme" dans le menu déroulant. Mais n'oubliez pas de signer dans le corps du texte, sinon c'est vraiment un message anonyme!