mercredi 2 mai 2012

Plein emploi, pragmatisme et misère sociale
Full employment, pragmatism and social misery

Premier article d'une série sur la société Chinoise, plus d’infos sur ce que j'essaye de faire avec cette série dans la rubrique « société » du blog.
En Chine, on crée de l’emploi, c’est-à-dire qu’on embauche 10 personnes quand on a besoin de deux.
C’est la coutume dans les magasins et restaurants d’embaucher 1 personne par mètre carré de boutique (ce qui est à peine exagéré). Cela peut poser quelques problèmes, dans un magasin de pièces informatiques par exemple, quand on se retrouve à devoir expliquer ce qu’est une barrette de RAM…
First article of a series about the Chinese society, more info about what I'm trying to do with theses article : in the blog’s “society” section.
In China, people create jobs, that is to say they hire 10 people when they really need 2.
It is the custom in shops and restaurants to hire 1 person by square meter (only a slight exaggeration). That creates a few problems, for example in a computer hardware shop when you need to explain what a RAM memory bar is…
Car au lieu d’embaucher deux personnes qui savent ce qu’elles font et de les payer bien, on embauche 10 personnes qui n’ont aucune idée de ce qu’il se passe et on les paye 5 fois moins.
Mine de rien, même si ça peut être chiant au quotidien, et en dépit de l’orientation très capitaliste que prend la Chine, c’est bien un fonctionnement de gauche. Ma mère me rappelait l’autre jour que pendant la Révolution Française on dépavait les routes pour les repaver le lendemain… ça ne mène peut être nulle-part mais ça donne du boulot aux gens, en attendant mieux…
Je ne sais pas à quel point l’Etat Chinois encourage ça, mais il me il me semble que c’est aussi culturel. Ce sont les gens qui raisonnent comme ça : quand un client rentre dans un magasin Chinois il s’attend à avoir trois vendeurs ou plus autour de lui pour le conseiller dans les 10 secondes qui suivent son entrée. Plus on a de personnel, mieux c’est, c’est signe de richesse, de succès et de bon service client, même si souvent c’est au détriment de la qualité du service pour cause d’incompétence totale !
Ce n’est pas à moi de juger ça en bien ou en mal, si j’en parle c’est parce que ça fait réfléchir (food for thought qu’ils diraient outre-manche) et voici pourquoi je réserve mon jugement :
Grâce à cette mentalité il n’y a pratiquement pas de chômage ici, il y a beaucoup de métiers difficiles, abrutissants ou tout simplement horribles qui pourraient être évités en organisant différemment les choses, mais à ce moment là il y aurait probablement autant de chômage qu’en France (mais sans aides de l’Etat, on est en Chine quand même) ça donnerait 100 millions de personnes qui crèvent la faim.
PPP : (Petite Parenthèse Paradoxale): les commerces emploient trop de gens pour plaire au client donc au final les ¾ des vendeurs n’ont rien à faire, s’ennuient à mourir et dorment derrière le comptoir ou jouent avec leur téléphone. Résultat on a souvent l’impression de les déranger, tout ça au nom du saint Service et du client roi, bien joué !

Instead of hiring two people who know what they’re talking about and pay them a good salary, they hire 10 clueless people and pay them 5 times less.
It may be bloody annoying in daily life, but when you pause to consider, in spite of the really capitalistic turn China’s taken, there’s a really leftwing logic behind it. My mum was reminding me the other day that during the French Revolution, people were paid to take cobblestones off roads and put them back again on the next day… it doesn’t get you really far, as much as society is concerned, but it gives people a job, until society can provide something better for them…
I do not know to what extent the Chinese government encourages this practice, but it looks like it’s also something cultural. People think this way here: when a customer enters a shop, they can expect (and they do) to have 3 shopping attendants around them within 10 seconds. The more personnel the better; it’s a sign of wealth, success and good customer service for a shop, even though in a lot of cases it means worse service because of complete incompetence.
It’s really not my place to judge whether all this is good or bad, if I write about it, it’s because I think it is great food for thought:
Thanks to this kind of logic, there is close to no unemployment in this country. There are many hard, mind-numbing or downright horrible jobs that could be avoided were society organized differently; but if it were, there would probably be as much unemployment as in the West, but with no help from the State, (hey this China you know…) around 100 millions of starving people.
Paradox : shops and restaurants hire a great many people for the sake of the customer, so that in the end ¾ of shopping attendants have nothing to do from 8am till 8pm, they are bored to death and sleep behind the counter or play with their phones ignoring the customers. As a result you feel like you are bothering them if you ask them anything. All this in the name of the sacred customer service…. Well done!



Quelques exemples de métiers que nous n’avons pas en occident :

  • Le gardien de vélos de la résidence qui passe ses journées dans son appart à ciel ouvert au milieu du garage, protégé par un vulgaire bout de toit et qui imbibé de gnôle bon marché bât ses chiens de garde a coup de tisons. Le désoeuvrement, l’alcool et la télé de propagande anti japonaise qu’il regarde toute la journée on sûrement contribué à le rendre aigri, méchant et raciste (le seul type qui nous a plus ou moins traité de sales étrangers en Chine)
  • Les gens en haut des escalators de Carrefour qui tirent les caddies des clients
  • Le gars qui nettoie le sol du restau EN PERMANENCE et à la chinoise c’est-à-dire à grandes eaux, donc d’une part il nettoie sous vos pieds pendant que vous mangez, mais le sol est encore plus dégueu parce que vous marchez sur du carrelage mouillé en permanence, et en plus ça glisse. Comme le sol devient boueux, il relave, etc.
  • Les gardes à la banque, qui restent debout à l’entrée du matin au soir, en gilet pare-balle, casque militaire et matraque à la main.
  • Les gens qui font la circulation, omniprésents aux heures de pointes (4 ou 5 par carrefour) et que personne n’écoute car ils ne sont pas de la police. Quand un flic fait la circulation, les gens en tiennent compte, mais la plupart du temps ce sont juste des employés de la ville qui sifflent en agitant leurs drapeaux inutilement.
  • Les gens qui essayent d’attirer le chaland devant les magasins en leur hurlant des slogans publicitaires au mégaphone à bout portant, le tout sur fond de techno à plein volume émanant de gros haut parleurs tournés vers la rue. C’est pas facile de capter l’attention du passant chinois… (« l’inflation du bruit » prochain article).
  • Les gens qui attendent en uniforme du matin au soir devant leur restaurant et qui sont eux aussi censés faire signe aux gens d’aller voir mais en ont tellement marre de leur job qu’ils ne font rien.
  • Les raccommodeuses de vêtements, assises derrière leur machine à coudre à pied, disposée dans la rue, qui vous recousent un pantalon pour moins de 10centimes.
  • Les réparateurs de vélos et faiseurs de clés , sous leurs parasols au coin des rues.
  • Les stands de nourriture qui vendent de succulents snacks pour pas cher sans s'encombrer de licenses
  • Les gens qui s’occupent du recyclage, métier utile dans un pays comme la Chine qui n’a pas encore vraiment de concept d’écologie, mais métier horrible. Ils ne sont pas employés : ils fouillent dans les locaux à poubelles publics (qui sont en réalité des pièces avec des montagnes d’ordures) en déchirant les sacs pour chercher des bouteilles et du carton qu’ils amènent au recyclage et qu’on leur paye à la pièce ou au poids. Il n’est pas rare non plus quand on boit une bière sur une pelouse qu’un vieux Chinois (oui c’est souvent des retraités dont ni famille ni leur retraite de misère ne peut les soutenirs) vienne nous demander la bouteille vide qu’on a encore entre les mains. Prix moyen d’une bouteille à la revente, environ 1 centime d’euro. Ça m’est encore arrivé le jour de la fête du travail, *serrement de gorge*
Il y en a bien d’autres, des métiers comme ça. Encore une fois, c’est parfois des métiers qui nous semblent intolérables à nous, occidentaux de classes moyennes habitués à un certain confort. Mais ils permettent aux gens de ne pas devenir des mendiants : En France, notre si beau pays, de tels métiers 'dégradants' ou 'non contrôlables' ne sont pas tolérés, sûrement plus pour ne pas déprimer la classe moyenne que pour ne pas dégrader les gens pauvres d’ailleurs.

En Europe on ne les tolère pas, mais on en tolère l’absence, ce qui peut être encore pire : les SDFs meurent de froid l’hiver dans les rues de notre chère Ville Lumière, et la plupart seraient sans doute soulagés de pouvoir ramasser les consignes dans les poubelles. Ça remplacerait la misère noire par une misère grise qui ferait toute la différence pour eux.

Tant qu’il n’y a pas de changement économique et social profond (le vrai problème bien sûr), c’est déjà pas mal si certains peuvent survivre non?

Ce genre de perspective est de mise pour ne pas juger trop durement cet aspect particulier de la société Chinoise. En s’arrangeant pour ne pas avoir ces jobs là en Europe au nom de la décence, on interdit au malade de tousser et on le proclame en bonne santé…. La misère existe aussi chez nous, et en la cachant, on l’accentue.

Je n’ai pas les clés nécessaires pour parler du vrai problème : la répartition des richesses dans une Chine devenue ultra capitaliste et où les inégalités se creusent rapidement. Je ne fais que décrire ce que je vois et j’espère avoir rendu ça aussi intéressant pour vous que ça l'est pour moi. Thank you for reading.

Kunming, Ilan Giguel, pour Ilanoé Airlines

Venez refaire le monde avec moi dans les commentaires ! Le débat est ouvert.
(Vous pouvez commenter sans compte google en choisissant anonyme dans le menu déroulant)

Back to the point, a few jobs we don’t have in the west:

  • The bike warden in our residence who spends all his days in the bike park, in his little flat which is really a ripped couch under a roof, drinking cheap booze all day, hitting his guard dogs and watching ming numbing anti Japanese war shows on tv. He is a dick, but all that probably contributed to make him the embittered racist and mean moron that he is. (the only guy in China who more or less called us dirty foreigners)
  • People waiting at the top of the escalators in the supermarket to pull on people’s trolleys
  • The guy washing the floor AT ALL TIMES in a small street restaurant, and he does it Chinese-style that is by completery flooding the floor. First he washed under your feet while you’re eating, but 2 minutes later people’s feet have made it into a dirty swamp again, and it’s time to start scrubbing it again, and so on.
  • Guards in banks, with their military helmets, bullet proof vests and truncheon, who stand at the entrance during the whole day.
  • Traffic control people, who are not policemen, and to whom nobody pays any attention (and they are many : 4 or 5 at every street crossing of the city during peak time. In the end they are just there to make you deaf with their whistle.
  • People standing in front of their shops, shouting in megaphones the day’s special offers to people passing 3ft away from them. While the mind numbing VERY LOUD techno music they play achieves making deaf altogether. (it’s not easy to get people’s attention in China, next article “the inflation of noise”)
  • People standing in front of shops who are supposed to invite customers in but are so depressed with their job that they just stand there, all day long and do nothing.
  • People sitting in front of an old sewing machine on the street who mend your clothes for less than 10cents
  • Little stalls on street corners with people fixing bikes and cutting keys for cheap as well
  • Little stalls selling delicious local unlicenced snacks for cheap
  • People who take care of the recycling : useful in a country like China were ecological awareness is close to nothing, but horrible job nonetheless. Most of them are not employed by anyone, they spend their days wading in piles of garbage in a dedicated room in every residence, tearing bags to find bottles and cardboard to go sell at the recycling plant. When you have a beer in a park you always meet old Chinese people (whose families and pension don’t provide enough) asking for the empty bottle you still hold in your hand. Average profit on a glass bottle : 1cent. It happened to me two days ago on labour day. *lump in the throat*

Those are the jobs I noted but there are many others. Sometimes they are often jobs that we, middle class people from the west who are used to some degree of material comfort, would consider intolerable. And many of them are banned because they are unlicenced. But they allow many people not to live on the streets and to get food and clothing. In France, our fair country, such ‘degrading’ or 'illegal' jobs are not tolerated, probably more because they would be depressing for middle class people to notice than because it’s actually degrading for the poor people. We don’t tolerate them but we tolerate their absence, which can be much worse : in our dear City of Lights homeless people freeze to death every winter. I am pretty sure many of them would be happy to trade death against a ‘degrading’ job like that.

For lack of a deep economic and social reform (the real problem), it would be a good thing to at least give people the means to survive right?

I think it’s important to keep this in mind not to judge THIS aspect of Chinese social life too harshly. In the west, in the name of ‘decency’ we forbid a sick man to cough and call it health. Misery also exists in our countries and we only make it worse by hiding it.
I don’t have the required knowledge to tell you about the real problem: distribution of wealth in a country where capitalism is now extreme and unchecked ( one day maybe…). I only account for what I see, and I hope I could make this as interesting for you as it is for me. Thanks for reading

Kunming, Ilan Giguel for Ilanoé Airlines


In France we have something called “refaire le monde” literally “reconstruct the world”. It implies drinking a lot (which as you all know makes people wiser) and then talk about everything that’s wrong in the world and how to set it right.
Please come do that in the comments!
If you don’t have a Gmail account, just use the “anonymous” profile in the drop down menu.

2 commentaires:

  1. Je ne comprends pas le drapeau ? C'est peut-être très anecdotique après ton article, mais quand même.

    RépondreSupprimer
  2. Le drapeau c'est juste le logo de la série 'société', c'est simplement le drapeau Chinois avec le signe du Yuan, la monnaie Chinoise, qui se superpose aux étoiles communistes, ça n'a pas grand rapport avec l'article en question.

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte google, vous pouvez commenter en sélectionnant "Anonyme" dans le menu déroulant. Mais n'oubliez pas de signer dans le corps du texte, sinon c'est vraiment un message anonyme!