vendredi 2 décembre 2011

Peachy! Not. But fruity still
La pêche! ou pas mais fruité quand même!


Dan, Rose, Becky, et moi à Yiliang


Il y a deux semaines, nous sommes allés à Yiliang, une ville à 60km de Kunming, pour y cueillir des pêches.
Finalement on n'a pas cueilli de pêches mais on a :
-cueilli et mangé des oranges
-pris des photos pin-up dans les cacahouètes et les piments
-pris des photos de mode dans des magasins très très glamour :]
-mangé du canard laqué
 et nous vîmes que c'était bien!
Two weeks ago, we went to Yiliang, a town 60km East of Kunming to pick some peaches
In the end we didn't pick any peaches but we:
-picked and ate a lot of oranges
-took pin-up pictures amongst drying peanuts and chilli
-had a fashion photoshoot in a very glamourous clothes shop
-ate Peking duck
And we saw that it was good!




Becky (notre copine américaine qui habite à KM, et qui mériterait un article complet tant elle est cool) et moi avions répondu à une annonce sur Gokunming, une proposition d'aller cueillir des pêches dans une des fermes de la campagne de Yiliang, connue pour ses fruits et ses canards laqués, l'idée était de se faire des potes et de passer un bon moment. Comme c'était le weekend et que Chloé bossait on a du lâchement l'abandonner.On est donc partis, Becky, moi et notre couchsurfer Julien (qui devait interrompre son tour du monde en vélo pour une semaine le temps de régler des histoires de visa)Nous avons retrouvé Rose (de son nom occidental) et Dan, un expat' Britannique pour prendre le bus.
Arrivé à Yiliang, il nous a fallu trouver un transport pour aller dans le bled des pêches. Après une demi-heure à attendre un bus qui ne venait pas, et à nous voir demander des prix astronomiques par les minivans/taxi privés, on a fait le calcul et décidé de demander à un taxi normal de nous emmener (vu le nombre de kilomètres qu'on avait à faire, c'était censé être largement moins cher), comme d'habitude quand on est cinq, on se tasse à quatre à l'arrière en espérant qu'il ne remarque pas... Au bout de cinq minutes à bord du taxi, on se rend compte que le compteur ne tourne pas, on en fait la remarque au chauffeur qui nous répond "ah mais ici s'en sert pas, ça fera 120kuai la course". C'était à peu près 3 fois plus cher que s'il avait mis le compteur. On lui dit de s'arrêter tout de suite, qu'on ne va pas se laisser arnaquer comme des bleus, il faut commencer à ouvrir une portière pour qu'il se décide à s'arrêter. Après quoi, arrêté au milieu de nulle part il nous réclame 10kuai pour les 5 minutes qu'on venait de faire. On (enfin surtout Becky et Rose, qui peuvent lui parler Chinois) lui explique qu'il peut toujours courir et qu'on va pas être réglo avec lui alors qu'il vient d'essayer de nous enfler.
Chauffeur en colère, on se tire, monte dans un bus, il arrête le bus et demande au chauffeur de ne pas partir tant qu'on a pas payé, on explique au chauffeur qui hésite, de toute façon on ne bougera pas de son bus. Le chauffeur de taxi monte en tour et je commence à me demander si il ne va pas en venir aux mains. Mais au bout de 10 minutes à hurler à plein poumons comme un chinois en colère qui se respecte, il réalise qu'il ferait mieux d'aller trouver d'autres gens à arnaquer que d'attendre ses 10yuai.Le bus part, sauvés...
Becky (our american friend who also lives in KM, and who whose coolness woudl deserve another article) and I had answered an add on Gokunming, a proposition to meet up with unknown people to go pick some peaches in Yiliang, a town 60km east of KM, known for its fruits and Peking duck. The idea was to make new friends and have a good time (along with good food). Since it was during the weekend, we had to abandon poor Millet to her work. So we left, Becky, I and or couchsurfer Julien (who had to take a one week break from his bicycle ride around the world for visa reasons). We met rose (her western name, i'm so sorry Rose I forgot to note down your Chinese name) and Dan, a british expat and took our bus.Once in Yiliang we had to find a means of transport to go to "peach town", after a good half hour waiting for a bus that never came, and being asked for ridiculous fares by private taxis, we did the math and resolved to take a regular cab which would be far less expensive. After about five minutes in the cab, we realised that the meter wasn't running, and after asking the cab driver about it, we got the following answer "oh but we don't use it here, fare's going to be 120kuai" (about three times more expensive than it should have with a running meter). We told him to stop the cab, that we weren't going to be ripped off like that. We had to start opening a door to convince him to stop. Then he asks for 10kuai for the five minutes (which would have been only right had he not tried to rip us off). Becky and Rose explained that he could basically get lost since he didn't want to play it fair. Angry cab driver, we fucked off, got in a bus, which the cab driver stopped and asked the bus driver not to leave until he got paid, we explained the situation to him, but he hesitated and ended up just waiting for things to settle. The cab driver was getting more and more angry and I was starting to wonder if things weren't going to come to blows. After ten minutes of theatrics and yelling at the top of his voice as is the general custom for angry people in China, I suppose he just understood that he'd better find some other people to rip off than wait for his 10kuai any longer. The bus finally left, we were safe...

20111112_4768pp
le chauffeur de taxi maléfique
The evil cab driver
In the bus
bonnes vibrations dans le bus
good vibes in the bus

Arrivés à la ferme des pêches, une jeune fille en habit traditionnel nous conduit au verger mais malheureusement les pêches n'étaient pas encore mûres, donc on s'est rabattu sur le champs d'oranges juste à côté non sans abuser des balançoires qu'il y avait le long du chemin.pour finir, session photo tendance pin-up (peanut) à l'initiative de Julien, sur les grands étals de cacahuètes et de piments qui séchaient au soleil dans la cours de la ferme.Il vous faudra jeter un oeil à l'album photo sur flickr, elles valent leur pesant de cacahouète (mouarf), une petite idée :
Once in the peach farm, a yound woman in a Yunnan traditional dress showed us to the orchard. Unfortunately, the peaches weren't ripe yet, so we gladly fell back on the nearby orange field after duly playing with swings and seesaw along the path like the kids that we still are. Last, on Julien's initiative we had a pin-up (peanut) photo-shoot among the peanuts and chilli that were drying in the farm's courtyard, you will have to check out the full photoset on flickr as some of them are well worth their weight in peanuts (and yes that's a literal translation from the French)

orange field
champs d'oranges
orange fields
Mrs peanut (pin-up)
Becky en pin-up cacahuète
Becky as Mrs Peanut (pin-up)

On repart sur la route à pied, vu qu'il faisait beau, et que les bois d'Eucalyptus sentaient très bon. On se fait prendre en stop, moyennant finance (of course, mais très raisonnable cette fois) par des gens charmants qui nous conseillent un restaurant où l'on peut manger du canard et nous déposent juste devant. JOIE!
Canard englouti, (miam) nous voici de retours à Yiliang, petite ville tranquille et assez mignonne, où on se balade dans les rues et de boutique en boutique en attendant de reprendre notre bus pour Kunming. de fil en aiguille, on s'est retrouvé dans un magasin tout rose aux allures de bonbonnière, où l'on pouvait acheter un manteau de fourrure bleu en vrai lapin, et autres robes à froufrou et à petits noeuds. Les vendeuses, comble du glamour, on bien voulu (avec joie) laisser Becky essayer toutes les fringues les plus kitsh pendant que je mitraillait la scène avec Julien, elles ont même posé pour nous, non sans offrir des gâteaux à tout le monde et une cigarette au fumeur impénitent que vous aurez reconnu.
We go back on the road on foot, since it was a beautiful day and the smell of eucalyptus woods was too good to ignore. After a short while we hitchhiked (in exchange for some money of course, but this time it was reasonable) with very nice people who advised us a good duck restaurant and dropped us right in front of it. JOY!

Duck : gulped down (yum). We still had a couple of hours to kill in Yiliang before our return bus, it's a nice town (by chinese standart I'd say small town). After wandering the streets a little bit, we ended up in a very pink and kitsh clothes shop where we could buy a bleu fur jacket made with real rabbit (lucky us) and skirts with frills and ribbons etc. The shop assistant, who were pushing the glamour to the next level (mind you, maybe the one after that) were happy to let Becky try on anything she wanted while Julien and I were taking pictures, they even posed for us (with outfits too perfect to be true) after giving crackers to everybody and a cigarette to the unrepentant smoker you have surely recognized.

Bonbonnière girls
la vendeuse aka "bonbonnière girl"
the shop-assistant aka candybox-girl
Bonbonnière girls - Becky
Becky en bonbonnière girl
Becky as candybox girl

donc tout ça, plus pas mal de photos de rue sur le chemin et des discussions cool dans le bus, Ilan content!
Ah et n'oubliez pas de cliquer sur le monsieur en dessous pour aller voir l'album photo complet
So, all that, plus a lot of street photography on the road, and cool talks on the bus. Ilan happy!
oh and don't forget to click on the gentleman below to see the full photoset

Made in China

Et comme toujours, merci d'avoir choisi Ilanoé Airlines
And as always, thank you for flying Ilanoé Airlines

2 commentaires:

  1. Un feuilleton aux multiples rebondissements !

    RépondreSupprimer
  2. on dirait ton père (jeune!) au milieu...

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte google, vous pouvez commenter en sélectionnant "Anonyme" dans le menu déroulant. Mais n'oubliez pas de signer dans le corps du texte, sinon c'est vraiment un message anonyme!